Accéder au contenu principal

Bilan de la semaine







Voici ci-dessous le bilan de cette semaine de mobilisation contre le projet de résidence :


 Samedi 25 novembre

Profitant de sa présence sur le marché, le maire a été interrogé sur le projet de résidence.  Sa réponse était la suivante : 

 Le projet immobilier rue de Grigny est un beau projet, il faut densifier le foncier à Arras pour satisfaire la forte demande en logements, le projet respecte le PLU ; par contre il comprend que les riverains ne soient pas contents.

 Nous reviendrons plus bas sur cette intervention du maire.

Réunion publique du mardi 28 novembre

 Le mardi 28 novembre avait lieu à la salle des fêtes une réunion publique dédiée aux propriétaires de biens à Arras sur l’AVAP, l’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine.

Nous avons donc profité de l'occasion pour évoquer le projet de la résidence devant les membres de la mairie et  la responsable de l'Unité départementale de l'architecture et du patrimoine.

La réponse de l'adjoint au maire chargé de l'urbanisme fut la suivante :  il n'y a pas de demande auprès de la mairie. Le permis de construire n'étant pas déposé à la mairie, ils ne peuvent pas se prononcer sur ce projet.

Lors de l'intervention finale du maire, le sujet a été relancé. Monsieur Leturque a fini par émettre des doutes quant à la construction d'une résidence dans le jardin du 76 rue de Grigny.

Nous avons discuté avec lui à la fin de la réunion ainsi qu'avec Monsieur Boyer, directeur du service Aménagement et Urbanisme de la ville d'Arras.

La position de la mairie est la suivante : si le promoteur respecte le Plan Local d'Urbanisme, la mairie ne peut pas s'y opposer. S'il y a opposition, le promoteur peut constater la non délivrance de permis de construire au tribunal administratif et demander réparation s'il a gain de cause auprès du Tribunal.

Quant à la réponse du maire sur le marché, il nous a répondu qu'il s'était trompé de rue. Monsieur Leturque pensait qu'il était interrogé sur une construction de résidence rue Frédéric Degorge.

Nous avons également parlé avec Mme Madoni, responsable de l'Unité départementale de l'architecture et du patrimoine. Elle nous a dit qu'elle ne pouvait pas nous répondre car elle n'avait pas connaissance du dossier mais qu'il fallait se battre. Même message de la part du principal intervenant de la réunion.


Réunion de bornage du 29 novembre

Le bornage a eu lieu mercredi. Une borne est dans notre jardin qui symbolise la répartition en deux du terrain du 76 rue de Grigny.

La mairie était présente pour la mitoyenneté avec le stade Degouve. J'ai rappelé à son représentant  notre position de la veille à la réunion publique en lui montrant le site et notamment la proximité de la Citadelle.

PFM et Avenir de l'Artois

Jeudi, nous avons eu deux rendez-vous avec deux médias : la radio PFM et l'Avenir de l'Artois. Nous ne savons pas si c'est bien de sensibiliser les médias mais il faut bien qu'on se batte d'une manière ou d'une autre. Le journaliste de l'Avenir de l'Artois devait contacter la mairie et le promoteur pour connaître leurs positions.

  Sensibilisation des associations environnementales

Des mails ont été envoyés à différentes associations environnementales. En effet, notre jardin possède une mare avec des tritons (cf. article).












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un nouveau projet de résidence à Arras

Depuis quelques mois, de nombreuses résidences plus ou moins grandes se construisent à Arras. Un nouveau projet est à l'étude rue de Grigny.

Ce projet concerne la construction de 10 logements dans l'actuel jardin de la maison situé au 72 rue de Grigny. Voisin de ce terrain, j'ai été convié à un rendez-vous afin de procéder à un bornage du terrain. En effet, la volonté du promoteur est de couper en deux le jardin de la maison (celle-ci ne serait pas détruite) et de construire sur la parcelle du fond un résidence de standing de 3 étages comprenant 10 logements et un parking (dont un parking au R+1). Ce projet est au stade d'esquisse pour reprendre les mots du promoteur et des "navettes" avec la mairie ont lieu pour finaliser le projet.
Les arguments contre le projet sont les suivants : - C'est un immeuble qui va être érigé sur 4 étages avec une orientation sur les jardins d'un côté et sur le balcon d'un particulier de l'autre côté - Il…

Une future résidence dans un secteur classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco ? (cliquez sur l'article pour voir la vidéo)

En 2008, les fortifications de Vauban étaient inscrites sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Unesco. Douze fortifications à savoir  Besançon, Briançon Mont-Dauphin, Villefranche-de-Conflent, Mont-Louis Blaye/Cussac-Fort-Médoc, Saint-Martin-de-Ré, Camaret-sur-Mer, Saint-Vaast-la-Hougue,  Longwy, Neuf-Brisach ..... et la Citadelle d'Arras.

C'est dans ce cadre là que le projet de résidence est envisagé dans un périmètre de protection autour d'un monument historique. Nous sommes même largement inférieur au 500 mètres à vol d'oiseau.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo illustrant cette proximité immédiate :




Une mare qui en a marre

A proximité de la future résidence se trouve une mare. Parmi les petits habitants ne pouvant pas s'opposer au projet, il y a des tritons.

Une expertise est en cours pour connaître leurs noms précis. Mais il s'avère qu'en France un arrêté ministériel les protège. Voici un extrait de cet arrêté :

Sont interdites sur les parties du territoire métropolitain où l'espèce est présente ainsi que dans l'aire de déplacement naturel des noyaux de populations existants, la destruction, l'altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des animaux. Ces interdictions s'appliquent aux éléments physiquesou biologiques réputés nécessaires à la reproduction ou au repos de l'espèce considérée, aussi longtemps qu'ils sont effectivement utilisés ou utilisables au cours des cycles successifs de reproduction ou de repos de cette espèce et pour autant que la destruction, l'altération ou la dégradation remette en cause le bon accomplissement …